Bienvenue sur le site de la ville d'hammam-lif et de sa région
Accueil Jumelage Météo Cartes Postales Ouled el Hama Carnet de Voyage Histoire Liens
 
Vsitez notre page

 

Tijania Azzabi : Le Don Quichotte d'Hammam-Lif

Hammam-Lif, ce n'est pas du tout l'image que veulent en donner les mauvais plaisantins de la nouvelle génération. Ni un repaire de brigands de bas étage. Non, Hammam-Lif c'est infiniment plus propre qu'on veut nous le faire croire… Certes, bien plus que toute autre ville, elle a été victime —la principale !— de l'envahissement qu'a connu la Capitale après l'Indépendance, mais cela ne veut pas dire qu'elle est davantage polluée que d'autres cités ! Touchée par l'exode rural, la capitale de la banlieue sud est devenue par la force des choses l'une des plus importantes cités-dortoirs du pays.
Accueillant plus de cent mille âmes… Là n'était pas son destin… Car, de station balnéaire et thermale, cet Hammam-Lif que nous persistons à aimer a pris des dimensions tentaculaires qui ternissent son image première. Celle d'une «grande famille» qui sait recevoir les estivants avides de faire trempette dans une eau tolérante, et des rhumatisants qui veulent se débarrasser de cette gêne qui les empêche de se mouvoir convenablement.

A Hammam-Lif, à peine descendu du train, vous vous sentez tout autre… Comme si vous respiriez un mélange d'oxygène, d'iode et de cyclamens… Un cocktail paradisiaque qu'on ne trouve nulle part ailleurs ! Puis, curieusement, Hammam-Lif a tout perdu ! Sa légendaire suprématie sur la scène footballistique… Son intimité qui la mettait à l'abri des intrus… Jusqu'à son impact sur la région… Est-il concevable, en effet, qu'une aussi prestigieuse cité soit reléguée au second plan par rapport à Ben Arous ? Cela, nos innombrables anciens Hammam-Lifois de nationalité étrangère ne l'ont ni compris, ni admis… Bof, ce ne sont pas les étiquettes administratives qui vont altérer notre amour viscéral envers cette cité… Et, une fois de plus, mon voisin de quartier, Tijani Azzabi, avec qui j'ai disputé d'interminables parties de ballon et de cache-cache, s'est entêté de reparler à sa façon de cet Hammam-Lif qui nous a vu grandir et plus…

Dans son «Hammam-Lif, une symphonie… en cartes postales», Tij fera pleurer de rage les authentiques habitants de la ville. Puisqu'il y parle en long et en large du palais beylical, du casino et des multiples endroits où il faisait bon vivre. En toute quiétude, auprès des représentants de toutes les nationalités et de toutes les confessions. Dans «son» Hammam-Lif, tous ceux qui n'étaient pas musulmans attendaient impatiemment l'Aïd Esseghir, parce qu'ils savaient que leurs amis allaient les gaver de baklawas et de twajins. Comme on se délectait dans la perspective de goûter aux ftayers le jour de Yom Kipour… Oui, à Hammam-Lif, dans cette cité beylicale, c'est là qu'est née la tolérance ! Tijani, tel un Don Quichotte des temps modernes, s'est mis en tête de parler de ces temps que les moins de 50 ans ne sauraient connaître. Mais qu'ils pourront toucher du doigt, grâce à sa plume. «Hammam-Lif, une symphonie… en cartes postales» est un vibrant hommage que j'aurais aimé écrire. Mais il m'a précédé, avec à l'appui une riche collection de photos qui vous flanquent le spleen.
Merci, Tij…

StouraSource : redaction@realites.com.tn

Hammam-Lif une symphonie… en cartes postales
Editions
---- pages
Prix : 15 dinars
RETOUR
(Site non officiel de la ville d'Hammam-lif)
© Hammam-lif.com • Tous droits réservés. 2003-2017 contact@hammam-lif.com