Bienvenue sur le site de la ville d'hammam-lif et de sa région
Accueil Jumelage Météo Cartes Postales Ouled el Hama Carnet de Voyage Histoire Liens

 

Ali Ben Ayed : Le passionné

Par : Neyla Gharbi

Il y a le théâtre avant et le théâtre après Ali Ben Ayed. Acteur et metteur en scène doué, il est l'un des plus grands hommes de théâtre tunisien. Sa passion pour le quatrième art est à l'origine d'un rêve avorté : participer à la libération de la Palestine. De son Hammam-Lif natal, il regagne le sud de la Tunisie pour intégrer les troupes de volontaires en partance pour la Palestine suite aux douloureux événements de 1948. Sa famille le dissuade. C'est alors qu'il décide de partir en France pour un court séjour au cours duquel il attrape le virus du théâtre. Dès son retour, il adhère à une école de théâtre arabe pour les débutants. Il affronte pour la première fois le public dans une salle du lycée Carnot avec « Le Cid » de Corneille dans le rôle de Rodrigue.

Il ne tarde pas à rejoindre ses vedettes favorites : Youssef Wahbi, Menssi Fahmi, Georges Abyadh et Amina Rizk pour apprendre en leur compagnie les secrets de la scène. Il repart encore une fois à Paris pour effectuer des études de théâtre en intégrant le cours de René Simon. Ce dernier, satisfait de son talent lui offre le rôle de "Hamlet" de Shakespeare en guise de récompense. Aly Ben Ayed ne laisse jamais une occasion passer sans l'exploiter à son profit. Ses aller-retour entre Paris et Tunis, le théâtre arabe et le théâtre occidental forge son savoir-faire mais aussi sa personnalité. Il approfondi ses connaissances dans différents domaines comme la mise en scène, la dramaturgie, l'éclairage et le son. Touche à tout, il maîtrise sans faille les rouages des planches de théâtre.
Il ne manquait à son parcours qu'une troupe de théâtre. En devenant l'assistant-directeur de Abdelaziz Agrebi, il ajoute une corde à son arc. La troupe de la ville de Tunis avec son armada de comédiens sont entre ses mains.

Il entame une carrière des plus brillantes en adaptant des classiques du répertoire théâtral mondial comme « Oedipe le roi », pièce dans laquelle il campe le personnage de Créon, «Hamlet», «Caligula», «Othello», «Yerma», «Mourad III» ainsi que plusieurs créations en dialectal tunisien dont la plus célèbre «Le maréchal» adaptée par Noureddine Kasbaoui, créant l'événement lors de chaque représentation. Le cinéma fait appel à ses dons d'acteur. C'est ainsi qu'il interprète des rôles dans plusieurs films parmi lesquels «Tunis top secret», «La mort trouble» de C. d'Anna et Férid Boughedir, «L'amour perdu» une coproduction tuniso-égyptienne.
Artiste hors pair, sa vie est jalonnée d'épisodes de joie sur le plan professionnel et de déceptions sur le plan personnel, il divorce une première fois puis se remarie. De santé fragile, il succombe d'une hémorragie interne le 12 février 1972 laissant la famille théâtrale orpheline et à jamais inconsolable. Son enterrement est un événement inoubliable.

Sa dépouille a été transportée du théâtre municipal au cimetière pour être inhumée. Il y a dans son théâtre l'esprit d'un grand créateur. Ali Ben Ayed a conquis le public grâce à sa forte présence sur scène et son sens de l'innovation. Il a guidé et influencé tous ceux qui l'ont entouré. Aujourd'hui un festival de théâtre à Hammam-Lif porte son nom.

Source : www.tunisie-culture.com

Retour
© Hammam-lif.com • Tous droits réservés. 2003-2018 contact@hammam-lif.com